Cinéma vérité

PARTY GIRL de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis

NOTE 3/5

« Party Girl », c’est l’histoire improbable d’une famille cabossée qui « catharsise » ses blessures à travers la mise en scène autobiographique d’Angélique Litzenburger. Une femme marginale, unique, qui rejoue sa propre vie dans un rôle sans compromis.

Angélique, un prénom d’ange trompeur

Ne vous fiez pas aux apparences. Angélique Litzenburger est une tornade. Femme vulgaire, indécente, elle n’en est pas moins profondément touchante; à tel point qu’on lui pardonne sans sourciller ses attitudes inadaptées et colériques. A 60 ans, elle travaille encore dans un petit cabaret près de Forbach, à la frontière franco-allemande, pour lequel elle a mis entre parenthèses sa vie de mère pour se consacrer pleinement à ce qui l’a toujours fait vibrer : la fête, les copines et les hommes.

Cette frontière représente d’ailleurs l’histoire de sa vie, qui a toujours été divisée en deux. Femme adolescente, elle prend l’existence comme un jeu et se défait de toute contrainte. Mère aimante, elle n’a cependant jamais su assumer ce rôle, en opposition à son indépendance.

Soudain, le temps la rattrape et elle s’interroge sur cette vie débridée qu’elle a menée et l’avenir qu’elle peut envisager. Angélique prend tout à coup conscience que tout peut s’arrêter.

party girl copines

Avoir le choix, et savoir choisir

Des choix, Angélique en a fait une succession. Des choix de vie ostracisant dont elle doit payer le lourd tribut. En effet à 60 ans, elle se retrouve coincée dans le corps d’une femme mûre, avec une mentalité de jeune fille. Qu’est-ce que l’amour ? Les années ont passé, ont balayé le temps avant qu’elle n’ait pu apprendre à aimer vraiment.

Ainsi lorsque Michel, l’un de ses plus fidèles clients, lui fait sa déclaration maladroite au beau milieu du cabaret, la scène lui paraît insolite. D’ailleurs au début, Angélique n’y croit pas. Elle sourit comme à une blague – la sensation pour elle de réaliser le fantasme d’un client. La séduction pour elle n’est qu’un travail, une mission qui n’a pas valeur sentimentale; le travail qu’elle a fait toute sa vie. A force d’en avoir dénaturé l’essence même, il semble qu’Angélique soit dans l’incapacité de tomber amoureuse. Des hommes, elle en a vu passer, mais jamais elle ne s’est abandonnée à l’un d’eux : Angélique est une femme forte, un cœur solitaire et sans attache.

party girl michel

C’est ainsi que dès le départ, sa relation avec Michel paraît impossible. Devant l’évidence, Angélique hésite. Elle veut se donner une chance d’être « normale », de se comporter comme toutes les femmes de son âge. Est-elle prête à se mettre des chaînes aux poignets ? Être sage et conciliante ne font pas partie de son ADN. Cependant, cette demande en mariage pourrait être sa porte de sortie, son avenir qui se dessine. Une perche tendue pour donner corps à une nouvelle vie hors du monde de la nuit.

Le film explore sa longue route vers la normalité.

Reconstruction familiale

Angélique apprécie Michel : c’est un homme drôle, charmant, protecteur. Hors des murs de son cabaret, le monde lui est inconnu. Il est son guide à travers la jungle de la vie, qui l’amuse, lui fait découvrir de nouvelles choses. Plus elle le découvre, et plus elle est se persuade qu’il est celui qui peut la sauver. Mais ces mensonges, elle-même n’arrive pas à y croire. La vie commune, les contraintes, les mondanités, tout cela l’ennuie profondément. Elle rêve de sortir, de boire, de danser, de fumer … elle refuse qu’on lui dicte des lois. Lorsqu’elle accepte d’épouser Michel, elle ne réalise pas ce que son engagement implique.

Son mariage lui permet en revanche de reconstruire ce qu’elle avait laissé en ruine un long moment : sa famille. Angélique est mère de 4 enfants, tous devenus adultes et responsables. Ils se sont adaptés à la situation. La cadette en revanche n’est qu’une adolescente, placée en famille d’accueil. Angélique n’a jamais osé aborder cette enfant dont elle craint le jugement et la colère. Le film dépeint avec bienveillance la façon dont Angélique va apprivoiser sa fille avec tendresse, jusqu’à cette foudroyante scène du discours pendant le mariage. Des retrouvailles orchestrées par les deux frères et la sœur, dans un élan de solidarité familiale émouvant et drôle à la fois.

party girl famille

Ses enfants, Angélique peut en être fière. Face à une maman adulescente, leur comportement est exemplaire. Ensemble, ils vont s’occuper d’elle comme des parents. Les rôles s’inversent alors, le temps du mariage de la « vierge effarouchée », pour qui la vie aujourd’hui est devenu un vide immense vers l’inconnu.

La fin est attendue presque depuis le début, et le spectateur ne se laisse pas berner par les élucubrations d’Angélique. La séquence est longue, humiliante. Mais nécessaire. Le changement est impossible.

Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis ont su capter dans l’histoire d’Angélique Litzenburger la part de surnaturel dans cette vie non-conformiste. Un film étonnant, aussi spontané que son héroïne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s