Cannes 2015/Cinéma vérité

UNE HISTOIRE DE FOU de Robert Guédiguian

NOTE 3/5

EN SALLES LE 11 NOVEMBRE 2015

C’est dans l’impressionnante salle 1 du nouveau Méliès à Montreuil – plus grand cinéma d’art & d’essai d’Europe – que je découvre « Une histoire de fou ». Après Cannes, c’est dans ce lieu monumental qui fait honneur au cinéma d’auteur et où les cinéphiles sont venus nombreux célébrer la métamorphose de ce cinéma de quartier en flamboyant paquebot futuriste, qu’est présenté le film. Au total,  3 230 m2 d’espace aménagé dans lequel le bois dépouillé côtoie le béton brut, et revisite l’esprit des anciens studios Méliès. Un curieux anachronisme pour présenter ce film d’histoire !

2015-10-31 20.12.12

Berlin 1921, Talaat Pacha, principal responsable du génocide Arménien est exécuté par Soghomon Thelirian. Lors de son procès, il témoigne du premier génocide du 20ème siècle tant et ressort acquitté. 60 ans plus tard, Aram, jeune marseillais, rejoint un groupe d’activistes qui lutte au nom de la justice. Lors d’un attentat contre l’ambassadeur de Turquie, Gilles Tessier est une victime collatérale.

En fuite, Aram, rallie l’armée de libération de l’Arménie à Beyrouth, foyer de la révolution internationale dans les années 80. Il pense qu’il faut recourir à la lutte armée pour que le génocide soit reconnu. Gilles, qui a perdu l’usage de ses jambes, voit sa vie brisée. Lui qui ne savait même pas que l’Arménie existait veut comprendre et rencontrer Aram …

Outre l’aspect historique, sur lequel le réalisateur ne pose, naturellement, pas un regard complètement objectif, « Une histoire de fou » se veut avant tout un formidable exemple de résilience. Guédiguian formule ici le vœux pieux d’une improbable réconciliation, à travers le portrait complaisant d’un jeune français et d’une mère arménienne, qui parviennent à communiquer malgré la tragédie qui devraient les opposer.

Voilà ce qui est fou, finalement, dans ce que nous raconte le cinéaste. Car ce n’est pas tant cette paradoxale lutte armée en faveur de la justice qui est soulignée, mais plutôt cet effort a priori insurmontable qui mène Gilles vers une forme d’humanité noble – pratiquement héroïque. Le film se range alors du côté de la bonté, du pardon, de l’intelligence … Et tente nécessairement une ouverture sur le poids du passé, oppressant, et la responsabilité que s’attribuent encore les générations suivantes. Au cœur même du conflit, Robert Guédiguian s’efforce cependant de rester en retrait. Il adopte alors deux points de vue : celui des révoltés – écrasés par l’indifférence diplomatique -, et en contrechamp celui, plus neutre, d’une victime collatérale – désinformée sur le conflit.

Unehistoiredefou2

Bien sûr, je repense au touchant « Je veux voir«  de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, vu en 2008 à Cannes, où Catherine Deneuve découvre l’autre réalité du Liban dans un road movie façon docu-fiction épatant. Chez Robert Guédiguian, Ariane Ascaride se fait guide dans les dédales de Beyrouth pour Gilles, dans cette même démarche de curiosité « positive » vers la prise de conscience.

La figure maternelle est essentielle dans le film : c’est elle qui rassure, elle qui demande pardon, elle qui fait preuve de courage, elle qui agit. J’ai le sentiment qu’ « Une histoire de fou » serait quelque part plus une histoire de « folle ». Est-ce volontaire, je l’ignore. Mais je remarque que les femmes, particulièrement trois (la mère, l’activiste et la fiancée de Gilles) sont caractérisées par une énergie incroyable,  tandis que les hommes se retranchent derrière les apparences. A travers elles, le combat (pour retrouver son fils ou sur le terrain …) préserve une part de sensibilité, et ne s’apparente pas tout à fait à quelque chose d’uniquement bestial, comme cela aurait pu être le cas; péchant à l’inverse par excès de générosité.

Unehistoiredefou3

Globalement, le film est très intéressant et son parti-pris réveille une évidente curiosité de la part du spectateur. Quelle tournure la rencontre entre Aram et sa victime va-t-elle prendre ? Le pathos est de manière générale exagéré, surdosé jusqu’à devenir lourd. Heureusement que Guédiguian s’astreint à rester dans le réel, pour ne pas tout à fait tomber dans le fantasme. Alors le fracas vient parfois bousculer la simplicité des mots, comme la violence peut assaillir trop de délicatesse. De cette histoire de fou, il ne manque plus que la parole aux turcs, ce qui, finalement, nous épargne qu’un film politique ne supplante une visée plus « utopique ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s