En bref

En bref : L FOR LEISURE de Lev Kalman + Whitney Horn

NOTE 3/5

SORTIE EN DIRECT DVD LE 5 JUILLET 2016

Dans l’Amérique des années 90, entre drague adolescente, lutte gréco-romaine et sieste mellow, un groupe d’étudiants nous emmène dans son questionnement sur la vie : le spleen américain ?

L comme Loisir, mais aussi comme léthargie, légèreté, liberté… Tous ces mots en « L » qui appellent au désir de jouissance, d’une forme de lascivité physique et spirituelle à laquelle aspirent ces groupes de jeunes adultes, que nous suivons le temps d’une année (1992-1993) pendant leurs vacances. D’où qu’ils viennent, et où qu’ils aillent, ils espèrent noyer leur jeunesse au soleil, sur la bande-son incroyablement planante de John Atkinson, jusqu’à atteindre cette électrisante sensation de mellow qu’ils aiment tant. De la Floride au Texas, d’Aix-en-Provence à l’Islande, c’est donc la même mélancolie qui pénètre ces jeunes, tiraillés entre une profonde insouciance et de nombreux questionnements existentiels.

l for leisure

Ce drôle d’état, le spectateur en fait l’expérience tout au long du film, constamment saisi de bruits sourds jusque dans les silences : est-ce un parti-pris, pour illustrer que la pensée, même dans le repos, ne se tait jamais ? Bien qu’il théorise parfois trop, « L for Leisure » offre une parenthèse contemplative désarmante, où toute tentative de trame narrative est supplantée par l’esthétique pop-psychédélique du long-métrage. Un film éclair de seulement 1h10, qui, en dépit de certaines séquences inégales, s’astreint avec grâce à ne jamais user la corde, qui aurait sinon fait passer cette bulle d’air pour une enveloppe étouffante.

Jouant sur l’image, les illusions visuelles deviennent quelquefois hallucinatoires, comme ces illuminations dorées qui se reflètent dans les herbes plein cadre ou ces écrans de fumées bleus et blancs qui brouillent le regard. A tel point que le spectateur ait le sentiment de partager la même volupté, le même état de quiétude délirante, dont l’apothéose est atteinte lors d’une scène de séduction nocturne, où la sensualité exacerbée devient une forme d’affrontement physique. Une démonstration de frivolité presque vitale, comme un moyen de perdre le contrôle de soi, dans une vie où l’on aimerait parfois cesser de penser en permanence.

L for leisure 2

Une invitation à l’abandon, qui aurait probablement mérité d’être vécue en immersion sur un véritable écran de cinéma. La vie pourrait-elle être complètement différente ? Si le film nous laisse méditer sur la question, que se posent eux-mêmes les jeunes que nous suivons, il parvient néanmoins à réveiller en nous cette fameuse impression si « mellow », qui au final, suffit à nous faire sentir bien.


Le film est disponible en DVD à 20€,  en VOD sur Univerciné et en SVOD sur MUBI.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s