rencontre

« Le Beverley » : la dernière enclave coquine de Paris se déshabille avec Aventours

C’est à l’ombre du Grand Rex, à l’angle de la poétique « rue de la lune », que se cache la dernière enclave érotique de Paris. Dans ce lieu autrefois fréquenté par des célébrités en tournée sur les scènes alentours et quelques hommes politiques, « Le Beverley » s’élève, à discrétion, comme l’un des temple du désir les mieux gardés.

Impossible de confondre le lieu avec ceux, plus modernes et probablement plus indécents, du Boulevard de Clichy ou de la rue Saint-Denis. Ici, les affiches sont grivoises sans être obscènes, plutôt impertinentes que scandaleuses. En fait, elles le furent, mais témoignent surtout de l’érotisation grandissante de notre société, aujourd’hui surexposée aux corps nus sans plus aucune suggestivité.

D’ailleurs, rien ne distinguerait cette charmante petite salle de projection digne d’un cinéma d’art et d’essai, dont les murs de briques apparentes et les sièges en cuir rouge jouent déjà du plaisir des yeux. Sur l’écran, à la pénombre d’une lumière tamisée, une femme danse lascivement en sous-vêtement. Une publicité pour une marque de lingerie ? Même pas, pourtant, il y a comme une impression de déjà vu. En réalité, il s’agit d’un « film d’attente », explique Maurice, le propriétaire. Celui que l’on projetait dans les maisons closes.

Le_Beverley_affiche

Pendant une heure, ce cinéphile averti s’enthousiasme d’un passé faste, racontant avec force détails comment, simple homme de ménage dans les premiers multiplexes, il est devenu projectionniste avant de racheter « Le Beverley » dans les années 70. A cette époque, les grands cinémas envient la pornographie, qui fait salle comble aux séances de minuit. « Emmanuelle » est un succès. La sexualité se raconte, avec un scénario. Puis de déplorer cet avènement, aujourd’hui bel et bien révolu.

S’il reçoit encore une cinquantaine de clients par jour, c’est quatre fois moins qu’il y a dix, quinze ans. Et peu sont issus de la « nouvelle génération ». Nombreux sont ceux qui ont « grandi » avec ce cinéma, devenus outre des habitués, de véritables amis. Un club du troisième âge ? Pas vraiment. Ou des vieux qui savent s’amuser ! S’il est désormais plus compliqué de réunir du monde aux soirées à thème de « jeux coquins », on continue d’y organiser des séances de lectures érotiques tirées, par exemple, du « Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation » de Pierre Louÿs (1927) ou des projections spéciales couples.

Le_Beverley_cabine

Dernier rempart de résistance à Youporn et aux films avilissants, « Le Beverley » s’acharne à ne projeter que de vieilles bobines rayées des années 60 aux années 90. Quitte à faire passer des films pornographiques pour des œuvres patrimoniales. Le plus gros paradoxe ? Cet endroit, que l’on regarde aujourd’hui avec l’œil nostalgique comme on regarderait un monument historique, ne dispose d’aucune subvention cinématographique pour son activité. « Quand la Cinémathèque monte une rétrospective sur le cinéma X, c’est de l’art. Mais lorsque c’est un cinéma tel que le mien, c’est forcément cochon », regrette Maurice.

Alors évidemment, il y a une forme de privilège à fouler aujourd’hui l’un des vestiges du cinéma pour adultes. Surtout que le temps ne semble pas avoir d’emprise sur la passion libidineuse du maître des lieux, dont le naturel des récits ferait passer l’érotisme pour une expérience platonique. Naturellement, sans en ôter une once de plaisir : après tout, sa spécialité !

Pour les curieux, l’opérateur touristique Aventours, spécialiste des incursions en milieux passionnés, en fait même l’une des expériences les plus insolites de son catalogue. Forcément réjouissant.

Infos pratiques : Paris 2 – Durée : 1 heure – Tarif : 35 euros – A partir de 18 ans

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s