cannes 2018/Cinéma vérité

NOUS LES COYOTES de Hanna Ladoul & Marco La Via

NOTE 3,5/5

Amanda et Jake ont la vingtaine et veulent commencer une nouvelle vie ensemble à Los Angeles. Rien ne se passe comme prévu pour le jeune couple. Leur première journée dans la Cité des Anges va les emmener de déconvenues en surprises d’un bout à l’autre de la ville.

L’amour est une fête. Une réjouissante aventure lancée sur « le chemin du bonheur », dans la tiédeur aride d’un paysage inévitablement cinématographique. Un instant, le monde est à eux, et l’avenir leur appartient. Ils sont jeunes et beaux, déterminés et heureux. Cette émotion, a priori impalpable, est retranscrite cependant sous la forme d’un geste à la fois insignifiant et symbolique, lorsqu’ils tendent leurs mains par la fenêtre pour caresser la chaleur locale, qui leur apparaît tout à coup si singulière. C’est qu’ici les sens sont irrémédiablement troublés, envahis, déformés, éblouis par l’excitation irraisonnée de Los Angeles et ce que la ville inspire comme horizon des possibles. En ce sens, le fameux plan sur la colline dominant la cité des anges, de nuit, se dessine avec autant de délicatesse, de beauté et de souffle après une journée vertigineuse, qu’avec une certaine évidence ; même si l’humilité du film et de ses personnages redonne à cette image obligée toute la grâce de la simplicité.

Quelle place la ville laisse-t-elle pour les rêveurs ? A l’enthousiasme du « rêve américain » s’oppose immédiatement la sévérité d’un monde profondément rationnel et organisé. Cela s’incarne notamment à travers la figure de la tante – dernière représentation maternelle d’un carcan familial qu’ils ont pourtant cherché à fuir. Mais, plus qu’une simple crise adolescente tardive, ce couple jugé tantôt désinvolte tantôt inconscient, expérimente d’abord l’éternel passage à l’âge adulte. Qui cherche à les comprendre ? Jake est vu comme un fainéant alors que c’est aussi un littéraire. Amanda est considérée comme une irresponsable parce qu’elle ose. Leur tendre candeur donne le sentiment parfois d’une espèce en voie de disparition, à l’image de leur impréparation à la vie autonome, de leur légèreté délestée des préoccupations naturelles, ou de leur ignorance d’une société individualiste. Cette transition s’organise autour d’une journée charnière, durant laquelle ils tenteront de faire cohabiter ce qu’il reste comme illusion de liberté dans cette ville et sa nature impitoyable. Car derrière le cool apparent se cachent le meilleur et le pire, la générosité et l’injustice, le loyal et le cruel. Le film capte ainsi les circulations du couple d’un bout à l’autre de la ville, à la poursuite d’un idéal diffus, auquel seuls les contemplatifs peuvent encore avoir accès.

La difficulté à faire des choix et à les assumer révèle l’un des enjeux du film, qui confronte ses personnages à la confusion d’une réalité brutale et sans ménagement (un job de rêve qui se transforme en stage, un garagiste voleur, une location inaccessible et délabrée…). Si l’on peut voir dans cette suite d’événements la précipitation qu’implique la compression du temps court sur une seule journée, ce parti-pris illustre aussi l’émulation et la vivacité tentaculaire que renvoie la ville. Les voir échouer n’était probablement pas une option ; en partie parce que le spectateur, embarqué comme troisième voyageur dès l’ouverture, ne peut qu’espérer leur réussite face à tant d’adversité. Aussi parce qu’en donnant un dénouement favorable, le film redonne un sens à cette échappée tout en préservant la part de rêve. Qu’importe sa structure convenue, pourvu qu’elle nous émeuve. Car en ne cherchant ni la gloire ni le succès mais seulement leur place, Jake et Amanda nous touchent parce que même leurs désirs sont modestes ; et le film, en nous donnant ce que nous avions envie de voir, fait triompher l’idéalisme. Charmeur, et charmant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s