Ovni cinématographique

LA FAVORITE de Yorgos Lanthimos

NOTE 4,5/5

Début du XVIIIème siècle. L’Angleterre et la France sont en guerre. Toutefois, à la cour, la mode est aux courses de canards et à la dégustation d’ananas. La reine Anne, à la santé fragile et au caractère instable, occupe le trône tandis que son amie Lady Sarah gouverne le pays à sa place. Lorsqu’une nouvelle servante, Abigail Hill, arrive à la cour, Lady Sarah la prend sous son aile, pensant qu’elle pourrait être une alliée. Abigail va y voir l’opportunité de renouer avec ses racines aristocratiques. Alors que les enjeux politiques de la guerre absorbent Sarah, Abigail quant à elle parvient à gagner la confiance de la reine et devient sa nouvelle confidente. 

Le cinéaste le plus excentrique de sa génération poursuit son entreprise tragique et jubilatoire ; un laboratoire absurde et radical, duquel émerge à la fois fraîcheur et régression. L’originalité de son œuvre est de recourir à la fantaisie pour dépeindre des mondes atroces. Mais si l’humour est un procédé sérieux, alors Lanthimos l’exerce avec une finesse stupéfiante. Déjà parce que son analyse de la nature humaine s’avère perspicace, ensuite parce qu’il ne provoque jamais gratuitement, mais convoque au contraire le réel afin de le détourner, l’amplifier, le caricaturer, pour en expérimenter les conséquences dans une société parallèle où les règles du jeu seraient évidemment abusives ou exagérées.

En suivant cette idée, le plus étonnant est de s’apercevoir à quel point « La Favorite » n’a pas tant à travestir la réalité pour paraître cynique. Inspiré sur le fond du règne d’Anne Stuart, ce film d’époque s’affranchit des codes sur la forme, sans sacrifier ni l’ambition de cinéma, ni la rigueur des décors. Car la liberté de ton, comme la créativité des plans, consentent ensemble à moderniser ce film, qui, derrière les costumes grandioses, dépeint une bataille d’influence dont les ressorts n’ont rien de plus contemporains que leur férocité. Audace de cinéaste, « La Favorite » regorge ainsi de contre-plongées disgracieuses, de surimpressions ou de courte-focale « fisheye » déformantes, offrant une perspective et un relief singuliers au film. Ces artifices, au lieu d’enlaidir l’objet cinéma, contribuent plutôt à l’enrichir, permettant au spectateur de circuler d’un monde à l’autre, entre fausse loyauté et pure manipulation.

Car derrière le masque d’un maquillage outrancier, un révélateur; soit une manière ironique de faire réapparaître sur les visages l’hypocrisie de l’âme humaine : le diable se cache dans les détails ! Il faut dire que la représentation de cette Cour n’a rien ni d’élégant ni de distingué, tant les hommes qui la composent sont tous bouffons, à l’image de leurs occupations ridicules et dérisoires. Reine impotente et ignorante, Anne symbolise mal la figure de puissance qu’elle prétend incarner, quoique son rôle politique ne soit qu’un prétexte pour observer les coulisses du triangle vénéneux, au centre duquel les femmes ont le plein pouvoir. Indécise, dépressive et esseulée, l’affection naïve et amoureuse qu’elle porte à ses favorites nourrit une rivalité cruelle et brutale entre une duchesse résolue à garder son emprise sur les décisions du royaume, et une femme de chambre déchue prête à tout pour retrouver un statut social. Moins absolu que « The Lobster » ou « Mise à mort du cerf sacré » , « La Favorite » est peut-être le film le plus consensuel du réalisateur, mais ne perd ni le sarcasme ni la drôlerie qui font sa signature. Surtout que cette lutte acharnée a l’intelligence de ne pas se réduire à une violence frontale et physique, mais donne au film autant de pensées méchantes que d’idées machiavéliques et savoureuses (une giclée de sang d’oiseau sur le visage de Sarah, un tir de carabine à blanc sur Abigail…). Un régal de cinéphage, pour les yeux et les oreilles.

Publicités

Une réflexion sur “LA FAVORITE de Yorgos Lanthimos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s