En bref/Ovni cinématographique

En bref : LA FLOR parties 1 & 2 de Mariano Llinás

NOTE 4/5

« La Flor » cambriole le cinéma en six épisodes. Chaque épisode correspond à un genre cinématographique. Ces six épisodes, ces six genres ont un seul point commun : leurs quatre comédiennes. D’un épisode à l’autre, « La Flor » change radicalement d’univers, et chaque actrice passe d’un monde à l’autre, d’une fiction à un autre, d’un emploi à un autre, comme dans un bal masqué. Ce sont les actrices qui font avancer le récit, ce sont elles aussi qu’au fur et à mesure, le film révèle. Au bout de l’histoire, à la fin du film, toutes ces images finiront par dresser leurs quatre portraits.

Mais de quoi parle donc ce film ? Impossible de résumer cette oeuvre-fleuve. Inutile, surtout ! Entrer dans « La Flor », c’est visiter une installation monumentale, construite à la manière d’un musée de cinéma, où la fusion de l’abstrait et de l’étrange donne sa matière à ce film-expérience insolite. Sujet de réflexion autant que de recherche, ce concept en dilettante de 14 heures sonde à la fois ses ressorts et ses limites, à travers 6 épisodes de styles éclectiques, dont la seule unité s’incarne par ses 4 actrices principales; substances versatiles et mouvantes de ce projet fou, capables d’habiter tous les rôles et toutes les situations, selon que le cinéaste reconstitue un film de série B, un polar ou un drame sentimental. Une illustration de la métamorphose, en quelque sorte, qu’induit l’idée-même de cinéma.

Le résultat de cette démarche évoque quelque chose d’absurde, condition sine qua non pour faire cohabiter, dans une harmonie inattendue, le nanar et l’ambitieux. Au fond, la démonstration rhétorique de « La Flor », à l’aise dans tous les genres, pourrait laisser penser qu’il s’agit d’un film élitiste. Peut-être l’est-il, d’ailleurs, tant sa sophistication brouille les pistes et ajoute à l’intention. On y pense notamment lorsque le cinéaste ouvre des parenthèses dans son œuvre, pour nous expliquer face caméra – dessin de la fleur à l’appui – les ramifications de son procédé artistique, comme si, face à cette entreprise radicale, pénétrer le film sans explications était impossible.

« La Flor » constitue donc un ensemble, un film protéiforme dans lequel les pétales rassemblent 4 histoires sans fin, le cœur un film complet, puis la tige une fin sans début. Ce dispositif maniéré pourrait faire craindre une expérience artificielle, que le film revêt parfois. Or, le réalisateur fait du cinéma une affaire sérieuse, et c’est précisément ce qui fait la beauté de ce film, et son humilité. Tout l’enjeu au contraire est d’assumer cette idée, pour nous donner envie d’y croire, comme de nous y perdre. Le film, d’ailleurs, cultive l’art du flou et du mélange, entremêlant riches idées de mise en scène (plans mouvants sur le dos d’un camion, zoom grossier pour renforcer une tension prégnante, jusqu’à l’architecture des cadres très rapprochés…), l’espagnol, le français, l’allemand, l’anglais, le suédois, et multipliant les intrigues parallèles qui se croisent sans jamais n’avoir rien à voir.

La folie de « La Flor » n’est donc pas de donner un sens aux histoires qui se jouent mais plutôt d’en saisir le lien, de s’y dévouer, sans rien attendre en retour que le plaisir sadique et ravi d’une fragmentation du récit. Différentes mais semblables, d’une certaine façon, tant ces images renvoient à des origines communes, à un art visuel qui n’a cessé d’évoluer, de bifurquer, de se renouveler. Affirmer que le film réinvente les codes du cinéma semble un peu démesuré et prétentieux. En revanche, le film fertilise l’imaginaire, l’entretient et le développe – atteignant l’extrême bord du cinéma, dont l’avant et l’après film, par essence, restent pour toujours un mystère. Troublant et jouissif !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s