cannes 2019

72ème Festival de Cannes : J-5

Suivez son regard. Agnès Varda nous a quitté, persiste pourtant sa truculence, pour veiller cette année sur les plages de Cannes, les yeux fièrement tournés vers des inspirations lointaines, originales et singulières. Point de confluence de ces flux mouvants et aléatoires, le Festival de Cannes prouve qu’il est encore capable d’audace, de surprise et de bonnes nouvelles, n’en déplaise aux sceptiques. J’en suis d’autant plus convaincue que Yorgos Lanthimos, mon cinéaste chouchou le plus excitant du moment, compte parmi les membres du jury. Plus réjouissant encore, sa vision acérée et radicale de notre époque pourrait avoir sa variation coréenne en « Parasite » de Bong Joon Ho, qui s’annonce déjà comme l’un des phénomènes de cette édition.

« Parasite » de Bong Joon Ho

A l’aube de mon 6ème Festival, je me réjouis de renouer avec cette ambiance si spéciale, faite de matières mouvantes et malléables, à la fois furtives (le temps de l’histoire) et éternelles (le temps du film). Un rendez-vous des habitués certes, où se bousculent les dernières créations des frères Dardenne, de Pedro Almodovar ou de Ken Loach, comme un perpétuel recommencement année après année, mais où les absents sont dans le même temps suppliés de terminer leur film, à l’instar de Quentin Tarantino, pour rejoindre la Sélection. Comme si, au fond, planait sur la Croisette le désir contradictoire d’être en même temps déstabilisé et sécurisé.

J’y pense bien sûr, avec le sentiment coupable d’espérer souvent retrouver des noms familiers et rassurants. Le retour – ou la continuité juste après la sortie en salles de « Ma vie avec John F. Donovan » – du prolifique Xavier Dolan avec « Matthias & Maxime » ou la formidable Céline Sciamma et son « Portrait de la jeune fille en feu » avec Adèle Haenel évoquent parmi mes plus grosses attente de cette Sélection officielle. Cerise sur le gâteau, Isabelle Huppert dont je ne me lasse jamais (malgré des films mineurs depuis « Elle » de Verhoeven) tient le rôle-titre dans « Frankie » de l’américain Ira Sachs.

« Matthias & Maxime » de Xavier Dolan

Malchance du calendrier, je raterai « Bacurau » du brésilien Kleber Mendonça Filho, qui m’avait éblouie avec le splendide « Aquarius » en 2016. Idem du côté d’Un Certain Regard, où j’attendais avec folle impatience le nouvel opus du russe Kantemir Balagov « Une grande fille », après la claque de « Tesnota » (dans mon Top 10 de 2018). Deux films géographiquement aux antipodes, mais dotés d’un désir de liberté étourdissant. Frustrant ! Je me console avec la promesse inattendue « Nina Wu » du taïwanais Midi Z qui s’inspire de Me Too, ou « Papicha », le manifeste de l’algérienne Mounia Meddour contre une société patriarcale.

« Nina Wu » de Midi Z

Plus stupéfiant encore, le programme de la Quinzaine des réalisateurs s’annonce fantasque voire carrément surréaliste. Outre Quentin Dupieux qui revient avec « Daim », où Jean Dujardin tombe amoureux de sa veste, on peut aussi se lier d’amitié avec son frigo chez Benoît Forgeard dans « Yves ». A ces synopsis étranges s’ajoute la reconversion de Zahia – plus connue pour aimer les footballeurs que les films – dans « Une fille facile » de Rebecca Zlotowski, ou le très (très) intrigant « Dogs don’t wear pants » du finlandais J.-P. Valkeapää – sur la reviviscence d’un homme qui découvre les pratiques SM.

D’autres étonnements insoupçonnés pourraient bien surgir du côté de l’ACID ou de la Semaine de la Critique – dénicheurs vivifiants de premiers ou deuxièmes films. « Vivarium » notamment, qui réunit Imogen Poots et Jesse Eisenberg dans un drame inquiétant, ou l’étrange « L’angle mort » avec Golshifteh Farahani, où le héros a le pouvoir d’invisibilité…

Suivez-moi du 17 au 24 mai 2019 sur Twitter pour des compte-rendus de Festival et toutes les réactions à chaud.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s