Cannes 2021

74ème Festival de Cannes : J-2

Quel bonheur. Quelle joie. Le Festival de Cannes est enfin de retour, et avec lui les salles obscures, dont les fenêtres sont grandes ouvertes sur le monde – celui qui nous questionne et nous interroge – après une année de repli sur soi. 

Mais cette année, c’est comme s’il fallait tout redécouvrir. La vivacité du cinéma d’abord, fait de regards croisés et de contradictions, qui nous révolte ou nous divise, qui nous touche ou nous émeut, et qui nous a manqué de longs mois. Les codes du Festival de Cannes ensuite, dont la pandémie a redéfini les règles et bouleversé les habitudes. Fini le folklore cannois devant le Palais où les précieuses invitations se dénichent avec patience, les longues heures de file d’attente où les festivaliers font connaissance ou la frustration de ne pas pouvoir accéder aux salles pleines : place aux mesures sanitaires, à la billetterie dématérialisée, à une nouvelle section, à la délocalisation des projections dans un nouveau complexe flambant neuf. Tout sera désormais planifié, mesuré, précis, cadré.

Malgré ces conditions exceptionnelles, cette édition recèle encore matière à débusquer des émotions nouvelles. Demeure en effet pour les festivaliers l’agréable plaisir de butiner de salle en salle quelques œuvres passées hors des radars des films les plus attendus de la sélection, et découvrir, peut-être, une pépite au titre original indéchiffrable (par exemple “A feleségem története” du hongrois Ildikó Enyedi). Ici, le vrai privilège est justement de voir un film dont on ne sait rien, quand tous nos choix sont d’ordinaire influencés par une bande-annonce, un article, une affiche, un casting… 

« Benedetta » de Paul Verhoeven

Garder quelques repères est néanmoins confortable et excitant – avec des noms fidèles, habitués de Cannes. Pour ma part, l’un des plus attendus est sans doute Paul Verhoeven, dont le film “Benedetta” est prévu depuis 2 ans ! D’autres diront que le phénomène pourrait être le retour de Wes Anderson avec “The French dispatch”.

Particulièrement rageant, l’absence du génial cinéaste russe Kirill Serebrennikov, toujours assigné à résidence, mais artistiquement présent avec “The Petrov’s flu”. Il m’avait envoûtée avec sa comédie musicale rock “Leto” et secouée avec “Le Disciple”. Plus enthousiasmant, l’arrivée en compétition officielle de Sean Baker avec “Red rocket”, après avoir filmé les Américains désœuvrés de “Tangerine” et “The Florida Project” ou le retour avec « Titane » de Julia Ducournau, qui avait fait sensation avec “Grave”.

Autres bonnes nouvelles, la présence de Song Kang-ho, le formidable acteur coréen de la Palme d’or “Parasite” et de l’incroyable “Memories of murder”, dans le jury de Spike Lee, mais également la présentation du dernier Hong Sang-soo – le prolifique cinéaste rohmérien de Corée – dans la nouvelle section “Cannes Première” qui, comme son nom ne l’indique pas, abrite une sélection de réalisateurs chevronnés, dont Gaspar Noé avec “Vortex”. 

Côté Quinzaine des réalisateurs, “Ouistreham” d’Emmanuel Carrère met en scène Juliette Binoche dans une fiction librement inspirée du livre de Florence Aubenas. Joanna Hogg présente ‘The Souvenir” en deux parties, et tire le portrait d’une jeune femme engloutit par un premier amour. Enfin, l’iranien Panah Panahi nous emmène dans le road trip mystérieux de “Jadde Khaki”. 

« Rien à foutre » d’Emmanuel Marre et Julie Lecoustre

A la Semaine de la critique, Samuel Theis revient avec “Petite nature” longtemps après le magnifique “Party Girl”. Sandrine Kiberlain présente son premier long-métrage “Une jeune fille qui va bien” et Emmanuel Marre présente le bien nommé “Rien à foutre” – sur une hôtesse de l’air low cost en chute libre. Tout un programme !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s