Ovni cinématographique

MAN ON HIGH HEELS de Jang Jin

NOTE 3/5

Ji-wook est un policier endurci bardé de cicatrices prêt à tout pour arrêter les criminels qu’il pourchasse, en particulier Heo-gon, un mafieux notoire et cruel. Sa jeune collègue, traque, elle, un violeur en série et tombe peu à peu amoureuse de Ji-wook. Mais elle ignore que celui-ci ne nourrit qu’un seul désir : devenir une femme…

Voici l’histoire d’une légende vivante, qui fait briller d’extravagance les banquets des pires bandits de Séoul. En cela, la séquence d’ouverture est une efficace démonstration de virilité, quoique la danse mortuaire du protagoniste – terrassant à mains nues une dizaine de mafieux à la manière grandiloquente d’un « Kill Bill » – consent à trop de maniérisme surfait pour véritablement me convaincre.

Or difficile de ne pas remarquer le minutieux travail des couleurs, aux effets de néon, transfigurant peu à peu ce thriller excentrique en une œuvre picturale. Une manière intelligente de sublimer les images, et ainsi retranscrire avec une délicatesse inattendue la fameuse « transformation » qui se joue et que le réalisateur impose, par ses lumières stroboscopiques, sur le « devant de la scène ». Pas la scène, un peu dérisoire, de la discothèque transsexuelle, mais celle, plus sérieuse, d’une vie en mouvement. Si l’exceptionnel « Tangerine » (Sean Baker) laissait exploser la féminité exacerbée de ses héroïnes, « Man on high heels » serait plutôt à ranger du côté de « Danish girl » (Tom Hooper), et de sa pudeur tourmentée.

man on high heels combat

Hélas, cela donne lieu à quelques moments malhabiles, tels les souvenirs d’une homosexualité adolescente torturée, dont les procédés artificiels d’inspirations « clipesques » renvoient au film toute la naïveté qu’il parvenait pourtant à s’épargner. L’émotion est donc plutôt à chercher du côté du montage, d’une sensualité quasiment inouïe ! Rares sont les films capables de procurer un tel sentiment de caresse, de douceur, de suavité. De ce point de vue donc, impossible de ne pas être ému par les déambulations introverties du personnage, qu’incarne l’acteur Cha Seung Won avec un indéniable talent.

Un rôle que le réalisateur a résolument voulu hors-norme (il porte une plaque en acier dans le bras). De fait, un être déjà un peu hybride, qui fait un parallèle cocasse avec la transformation – autrement opposée – de son confrère en Robocop. Outre la dimension super-héroïque de ce flic, Yoon est d’abord un personnage en perdition, à la recherche de lui-même : « ce qu’on fait, c’est pas comme construire un barrage, c’est contre nature » souligne une transsexuelle passée par la chirurgie. Rappelant, au passage, qu’être femme n’est pas qu’une question anatomique (la preuve), mais tient avant tout d’une croyance profonde, d’une attitude.

Man on High Heels

L’admiration (le flic couillu) ou le jugement (flic n’est pas un travail de « gonzesse ») ? Il devient alors question d’assumer sa féminité, avec ce que cela représente : une image de faiblesse, de fragilité (la femme, comme cible du maniaque que l’équipe de Yoon tente d’arrêter, c’est la difficulté à assumer de se travestir en public, c’est l’incapacité de se défendre…) Comme si, au fond, sa virilité si naturelle faisait office de dernier rempart, ou une manière de « travestir » son désir d’être femme.

Mais le film, par quelques subtilités scénaristiques, s’amuse des apparences trompeuses (Yoon considéré comme l’homme à la virilité la plus redoutable, les piqûres d’hormones prises pour des shoot de drogue, une transsexuelle hideuse et un travesti superbe…), invitant, aussi, à réfléchir ses choix sans se compromettre. Est-il nécessaire de tuer son identité pour renaître sous une autre ? Doit-on absolument renoncer à ce que nous sommes pour se sentir soi-même ? Alternant entre la violence et la douceur, « Man on high heels » est une sensible « théorie du genre », hésitant, comme son héros, à décider dans quelle case il se résout à être rangé. Insolite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s